Casserolade du 30 septembre

Fontaine des 3 ordres

Nous étions une 30aine à déambuler dans les rues du centre-ville cet après-midi avec nos casseroles pour entretenir la mobilisation contre la politique de Macron avant les grandes manifestations à venir au mois d’octobre.

Départ à la fontaine des trois ordres, à forte portée symbolique car c’est bien à Grenoble pendant l’été 1788 et la journée des tuiles que la révolution a commencé. Plus d’information sur la fontaine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_des_trois_ordres

Nous avons poursuivi notre marche vers le magasin Free, entreprise épinglée par Elise Lucet et son émission Cash Investigation pour la maltraitance de ses salariés: http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-26-septembre-2017_2380043.html

Puis de l’autre cote de la place se trouve le MacDo symbole de la malbouffe et et champion de l’optimisation fiscale. On s’y est rendu pour scander « MacDo paie tes impôts » en écho avec la mobilisation de ce printemps: https://www.placegrenet.fr/2017/04/06/evasion-fiscale-lenseigne-mcdonalds-centre-ville-de-grenoble-prise-dassaut/131490

Nous avons achevé notre action devant une des banques championne de l’évasion fiscale dans des paradis fiscaux comme le Luxembourg, l’Irlande ou les iles Caïman. Retrouvez un rapport complet de l’ONG OXFAM: https://www.oxfamfrance.org/sites/default/files/file_attachments/01_banquesenexil_2703_french_final.pdf

Échiquier et Casserolades pour des AED

vercors-rip-aed

L’équipe enseignante du collège Vercors entame son 16ème jour de grève pour obtenir deux postes d’assistants d’éducation. Plus d’infos : https://grenoble-insoumise.fr/college-vercors/

Loin d’être résigné, le collectif Vercors en Action regorge d’idées originales pour faire parler de leur lutte. Nous étions ce matin à leur côté alors qu’une casserolade doublée d’un échiquier géant étaient organisés sur le parvis du rectorat.

Les militants de la France Insoumise sont solidaires du mouvement et invite les parents d’élève et l’équipe enseignante à continuer la casserolade demain à 14h place Notre Dame : https://grenoble-insoumise.fr/event/casserolade/

Le financement du terrorisme reste autorisé

Depuis le début de la semaine, l’assemblée nationale vote les articles et amendements du projet de loi « sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme ».

Dans le cadre d’un amendement déposé par Danièle Obono, la France Insoumise propose d’étendre la pratique de saisie inamicale aux entreprises suspectées de financement de groupes terroristes comme Lafarge-Holcim.

Retrouvez le contenu de l’amendement ici : http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0164/AN/252.asp

Cette proposition vise à moraliser les pratiques de certaines entreprises, malheureusement cet amendement a été rejeté massivement par En Marche et les Républicains.

La député Émilie Chalas, élue sur la circo 3 de l’isère (Grenoble-ouest, Fontaine-nord, Sassenage) ne fait pas exception. Retrouvez le détail du scrutin: http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/123

Alors pourquoi n’ont-ils pas voté cet amendement ? Par simple esprit d’opposition à la France Insoumise ? Par pure idéologie, le fric avant tout, même la morale ? Par des pressions venues du gouvernement ?

Collège Vercors – Lâcher de ballons

Alors que l’équipe enseignante entame son 14ème jour de grève pour demander la création de 2 postes d’assistants d’éducation https://grenoble-insoumise.fr/college-vercors/ , elle a organisé ce matin un lâcher de ballon.

Nous étions présents ce matin devant le collège au côté de l’équipe enseignante, de dizaines de parents d’élèves et collégiens et des médias locaux (Fr3 Alpes, Place Grenet, TV Grenoble).

Nous avons pu à l’occasion tourner une petite vidéo

N’oubliez pas que vous pouvez supporter financièrement le mouvement : https://www.pikari.fr/c/atq3p6

Création d’un nouveau média indépendant et citoyen

Média citoyen

Manifeste pour un média citoyen

Vous en avez peut-être entendu parler, Sophia Chikirou, directrice de communication de JLM pour la campagne 2017 a annoncé la création d’un nouveau média, intitulé « Le Média » qui verra le jour le 15 janvier prochain.

Lors d’une soirée de présentation, le 11 octobre 2017, débutera la campagne de souscription et d’élaboration de ce média.

En attendant pour afficher votre soutien à cette initiative et obtenir des informations complémentaires, RDV sur https://www.change.org/p/media-citoyen pour signer la pétition.

Les propositions de la France Insoumise pour les médias

Retrouver le livret programme « Des médias au service du peuple » rédigé par Sophia Chikirou et Guillaume Tatu : https://avenirencommun.fr/le-livret-medias/

General Electric – Marche contre le coup d’état social

Les salariés de General Electric ont pu faire entendre leur voix lors de la marche contre le coup d’état social le 23 septembre 2017 a Paris.

Sept salariés dont des représentants des syndicats CFE-CGC et CGT ont tenu fièrement leur banderole en tête de cortège.

Lors de cette journée avant le discours de Melenchon était diffusée une vidéo sur l’importance des luttes sociales en France. Vous pouvez retrouver l’intervention de Nadine Boux, syndicaliste General Electric a 7:40.

Le dauphiné libéré a fait paraitre un article de matin 24 septembre, lisez l’article il peut y avoir un scoop :D.

Mobilisation contre la destruction du 10/20 galerie de l’Arlequin

Cela fait plusieurs mois que les habitants et les associations se mobilisent contre la destruction du 10/20 galerie de l’Arlequin.

Le 15 septembre se tenait une grand rassemblement devant le siège social de SCIC Habitat Rhône Alpes (10 rue d’Arménie à Grenoble).

Retrouvez ici les très bons articles du crieur (journal participatif de la Villeneuve sur le sujet).

Source image de fond : Le 20 mai, lors du repas de soutien aux locataires du 10-20 galerie de l’Arlequin. (photo : B. Bultel, Le Crieur)

http://www.lecrieur.net/non-a-la-destruction-du-20/

http://www.lecrieur.net/le-bon-plan-de-scic-habitat/

http://www.lecrieur.net/une-petition-contre-les-demolitions/

General Electric – Lettre des élus FI

La France Insoumise
Les députés membres de la France Insoumise
Les conseillers régionaux Auvergne-Rhône-Alpes membres de la France Insoumise
1 Esplanade François Mitterrand
69002 Lyon

A l’attention du Président de la République, Emmanuel Macron, et du Président du Conseil Régional d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez

A Grenoble le 11/09/2017

Le 4 juillet dernier, la direction de General Electric annonçait un plan social supprimant 345 emplois sur 800 sur le site de Grenoble. En plus de son impact social et humain, ce « PSE », s’il est appliqué, menace à terme le maintien du site ainsi que l’ensemble du secteur hydraulique en France et toucherait plus de 400 sous-traitants. Tous les postes sont concernés, de l’ouvrier au technicien en passant par l’ingénieur et le chercheur. Le « laboratoire d’excellence » ne sera plus là.

Pourtant il s’agit d’un fleuron de l’industrie française reconnu à l’échelle mondiale dans l’hydraulique. Un secteur clé de notre industrie et de sa nécessaire transition au vu des enjeux climatiques. Il y a donc un intérêt national et général à sauver ces emplois, ce savoir-faire industriel et donc ce site qui fête cette année ses 100 ans d’existence.

L’Etat peut et doit agir. Il est en effet actionnaire à 30% grâce à ses actions d’Alstom et a par conséquent le pouvoir de bloquer le PSE et d’obliger la direction du géant américain à revenir sur cette décision. D’autant plus que lors de la fusion de General Electric avec Asltom en 2015, opérée par le ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron, General Electric s’était engagé à ne pas licencier et même à créer plus de 1000 postes !

De plus, le site de Grenoble a touché en 2016 la somme de 3,5 millions d’euros (et 4,5 millions en 2015) en provenance du crédit impôt recherche, donc de l’argent public. Auxquels il convient d’ajouter au titre du CICE, 684000 et 657000 euros ces mêmes années.

Au vu de l’argent public investi sur ce site pour la recherche, il est hors de question que tout parte en fumée sur une décision de la direction de Général Electric qui n’est pas fondée économiquement : le site est viable et le carnet de commande est rempli pour plusieurs années.

En conséquence, l’Etat doit intervenir comme actionnaire de l’entreprise en utilisant son pouvoir pour bloquer le PSE. L’Etat est aussi client de General Electric Grenoble, à travers EDF notamment, il peut donc commander des turbines hydrauliques notamment pour rénover et sécuriser nos barrages. Nos centrales sont vieillissantes et auraient besoin d’être rénovées. Par le biais d’une politique ambitieuse sur le plan de l’écologie et de la transition énergétique, l’Etat peut aider au développement de cette filière et donc la sauvegarder.

Pour rappel dans les accords de Paris sur le climat dont la France est signataire, il est mentionné que l’énergie hydraulique doit être la première source d’énergie renouvelable à l’horizon de 2040. Comme pour STX, le gouvernement peut nationaliser temporairement voire durablement le site au vu des enjeux cités. Il en va de nos emplois, d’une industrie d’avenir et de notre savoir-faire.

L’Etat peut donc agir, mais la région le peut aussi : avec la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République) elle a la compétence exclusive en matière d’économie. Elle aussi a un intérêt public et des leviers pour conserver 345 emplois et 400 sous-traitants menacés dans le bassin grenoblois. Elle peut aussi investir dans l’hydraulique : dans la région il y a de nombreux barrages.

C’est une question de volonté politique.

Nous, conseillers régionaux Insoumis d’Auvergne-Rhône-Alpes, et députés de La France Insoumise, demandons à l’Etat et à la Région Auvergne-Rhône-Alpes de prendre leurs responsabilités et d’agir pour sauver le site de General Electric Grenoble et les 345 emplois afférents.

Députés de la France Insoumise : Ugo Bernalicis , Éric Coquerel , Alexis Corbière , Adrien Quatennens, Michel Larive , Bastien Lachaud, Jean-Luc Mélenchon, Muriel Ressiguier, Clémentine Autain, Caroline Fiat, Bénédicte Taurine, François Ruffin, Mathilde Panot, Danièle Obono, Loïc Prud’homme, Jean-Hugues Ratenon, Sabine Rubin

Conseillers régionaux Auvergne-Rhône-Alpes : Emilie Marche, Corinne Morel-Darleux, Fabienne Grebert, Andréa Kotarac