Université : le droit de choisir les études de son choix va-t-il disparaître ?

Décembre 1986 – décembre 2017… la macronie ne rompt pas avec les vieilles lunes et recettes de la droite traditionnelle et libérale.

C’est en 1986 que beaucoup de jeunes de ma génération se sont engagés politiquement pour la première fois. C’était contre le projet Devaquet qui instaurait une sélection à l’entrée de l’université. Une énorme mobilisation avec une manifestation monstre à Paris (nous avions affrété des tgv au départ de grenoble), la mort de l’un des nôtres – Malik Oussekine- ont entraîné la démission du « sinistre » et l’abandon du projet à l’époque.

Aujourd’hui, il ne s’agirait plus de sélection à l’entrée mais de chercher à « favoriser la réussite »… Faut-il qu’on nous prenne pour des idiots pour penser que les jeunes, les étudiants, les enseignants et les parents se feront berner. Il s’agit ni plus ni moins de permettre aux universités de fixer des capacités d’accueil (donc de refuser l’accès à certains) et à des Présidents d’université ou des Préfets d’autoriser certains à s’inscrire et d’autres pas…. la novlangue macronienne ne parle pas de sélection de peur de réveiller les fantômes de 1986 mais c’est bien de sélection dont il s’agit.

Dans le même temps on achève un principe défendu par des générations d’étudiants : le bac, 1er diplôme universitaire au sens où il donne le droit de faire des études universitaires. En instaurant la sélection à l’université le Ministre s’en prend aussi à la valeur du Bac qu’il propose comme par hasard de démolir (réformer dans sa novlangue) ….

Ne les laissons pas faire. Mobilisons-nous, le 6 février doit être une réussite, le 6 février doit être le premier pas vers la défaite de Macron. Cette fois c’est possible : unité syndicale, unité des lycéens, étudiants, enseignants, parents !

Rédigé par Alain

La privatisation des barrages met en péril la transition énergétique

Dans une tribune publiée sur Reporterre, des élus insoumis des quatre coins de la France reviennent sur les dangers de la privatisation de nos barrages, outils indispensables à notre transition et indépendance énergétique.

Voir l’article : https://reporterre.net/La-privatisation-des-barrages-met-en-peril-la-transition-energetique?utm_medium=tumblr&amp%3Butm_source=dlvr.it

 

Fraude fiscale

Vous trouverez en téléchargement un tract informant sur la fraude fiscale. Il a été rédigé par les groupes d’appui des lanceurs de tuile et saint-Bruno.

Bonne lecture ! 

Pilonner, le passage à l’acte d’Olivier Véran

Il l’avait dit et il le fait. Courant septembre, Olivier Véran avait déclaré dans les colonnes de « Libération » :  » Il faut pilonner le bourrin Mélenchon, le remettre à sa place « .
Le député de l’Isère rapporteur du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) vient de mettre en acte ses propos contre Jean-Hugues Ratenon, député de la France Insoumise de la Réunion.
Précisément, le député de la France Insoumise prend la parole pour défendre un amendement et Olivier Véran se permet de chanter  : »Ratenon s’en va-t-en guerre » pendant son intervention. Quel mépris, cela est indigne d’un élu de la République.
Nous apportons un total soutien à Jean-Hugues Ratenon et comme dans son courrier nous demandons à ce que le président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy prenne ses responsabilités et sanctionne Olivier Véran pour son comportement non respectueux envers un député de l’opposition.
Retrouvez la lettre de Jean-Hugues Ratenon ci-dessous

Le financement du terrorisme reste autorisé

Depuis le début de la semaine, l’assemblée nationale vote les articles et amendements du projet de loi « sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme ».

Dans le cadre d’un amendement déposé par Danièle Obono, la France Insoumise propose d’étendre la pratique de saisie inamicale aux entreprises suspectées de financement de groupes terroristes comme Lafarge-Holcim.

Retrouvez le contenu de l’amendement ici : http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0164/AN/252.asp

Cette proposition vise à moraliser les pratiques de certaines entreprises, malheureusement cet amendement a été rejeté massivement par En Marche et les Républicains.

La député Émilie Chalas, élue sur la circo 3 de l’isère (Grenoble-ouest, Fontaine-nord, Sassenage) ne fait pas exception. Retrouvez le détail du scrutin: http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/123

Alors pourquoi n’ont-ils pas voté cet amendement ? Par simple esprit d’opposition à la France Insoumise ? Par pure idéologie, le fric avant tout, même la morale ? Par des pressions venues du gouvernement ?